Logo DicoPolHiS
DicoPolHiSDictionnaire Politique d'Histoire de la Santé

Yoga

Yoga. Une pratique spirituelle orientale peut-elle, sans se trahir, devenir une pratique de santé occidentale ?Ruchpaul Eva, « Philosophie et pratique du yoga », Denoël, 1976Une pratique spirituelle orientale peut-elle, sans se trahir, devenir une pratique de santé occidentale ?



    Le yoga se développe en occident au cours du XXe siècle mais celui que l’on connaît aujourd’hui s’impose plus particulièrement durant les années 1960. C’est durant ces années que sont créées les premières écoles de formation en France. En 1969, Shri Mahesh, premier maître du hatha-yoga dans le pays, crée la Fédération Française du Hatha Yoga (FFHY) afin de faire connaître la pratique au grand public, puis l’École Internationale du yoga Traditionnel (EIDYT), inaugurée en 1981 dans le but de former des enseignants. Remarqué par Boris Dolto qui lui permet de poursuivre ses études en Europe dès l’année 1947, Shri Mahesh part étudier la médecine à Genève avec le professeur Baumann. Grâce aux soutiens notamment du ministre de la culture André Malraux, du professeur Jean Filliozat et de Françoise Dolto - célèbre promotrice de la psychanalyse infantile à la radio - , Shri Mahesh crée en 1959 le Centre de Relations Culturelles Franco-Indien (CRCFI) avec la volonté d’étendre la culture indienne en France. Shri Mahesh s’est éteint en 2007.

 

En 1971, Eva Ruchpaul crée son propre établissement d’enseignement supérieur nommé « l’Institut Eva Ruchpaul », centre de formation professionnel visant à former les futurs professeurs de yoga. Le parcours de la fondatrice est intéressant : née en 1928, Eva Ruchpaul est l’une des premières femmes yogi d’Europe. Atteinte de poliomyélite (paralysie infantile) durant son jeune âge, elle se forme au yoga pour tenter de retrouver sa mobilité et considère la pratique comme une « source d’énergie reconstituante ». Après avoir publié en 1965 son ouvrage intitulé Hatha yoga : connaissance et technique, Ruchpaul devient rapidement une personnalité médiatisée. Elle écrit de nombreux articles de presse et participe à des émissions de télévision dans lesquelles elle s’entretient de la pratique du Yoga avec des stars comme Françoise Hardy (présentée comme son élève dans l’émission de 1970)  et Georges Moustaki (qui se représente comme un descendant d’oriental plus critique par rapport à la nouvelle mode que représente la pratique en occident). Son discours contribue à amplifier les usages de la pratique correspondant selon elle à une infinité de techniques, à la fois physiques et psychologiques, dont les aspects spirituels n’ont pas disparu puisqu’il ‘agit pour chacun de rencontrer son « grand intérieur ». 

 

Au fil des années, le yoga s’adapte aux cultures occidentales et urbaines. De moins en moins spirituelle, la doctrine originelle laisse désormais place à une nouvelle pratique physique et mentale. Le yoga se démocratise et devient un phénomène sociologique, une gymnastique douce et relaxante banalisée dans les pratiques sociales. C’est une pratique qui s’adresse désormais à tous, même si les femmes sont davantage touchées par cette « mode », via la publicité des magazines de l’époque. Le yoga s’identifie à un ensemble d’exercices corporels qui permettent d’atteindre un certain équilibre du corps et de l’esprit. 

 

Cette attirance pour le yoga n’a pas épargné le champ médical. Durant les années 1940, Jean Filliozat, médecin ophtalmologiste spécialiste des études indiennes, met en avant ses recherches scientifiques sur l’histoire de la médecine indienne. C’est en traduisant des anciens textes hindous que Jean Filliozat construit un lien entre le yoga et la santé. Puis, grâce aux expériences cardiologiques et radiologiques menées sur Shri Mahesh, il publie en 1963 le livre Études instrumentales des techniques du yoga décrivant les modifications de l’état de conscience conformément à ce que prône la pratique du yoga. Par la suite, le yoga est intégré dans les hôpitaux dans le sillage d’un essor de l’intérêt pour les médecines douces et naturelles même si cette introduction, loin d’être générale, dépend surtout de la volonté du chef de service de l’hôpital. Ainsi depuis 1979, sont intégrés des cours de yoga à l’hôpital Tenon à Paris (20ème0e), pour les patients hypertendus, cardiaques ou présentant des troubles. 

 

Enfin, le yoga est utilisé pour ses vertus apaisantes dans les maternités lors des préparations à l’accouchement. On nomme cela le «yoga prénatal». Cette pratique a été développée à partir des années 1980 par Bernadette de Gasquet. Auteure de Bien-être et maternité (1994), cette professeure à l’École Française de Yoga, adapte la pratique aux femmes en couche, accompagnée du kinésithérapeute et professeur d’anatomie Jacques Thiebault.

 

Après plusieurs décennies d’acclimatation, la pratique du yoga est-elle fidèle à elle-même ? Une pratique spirituelle orientale peut-elle, sans se trahir, devenir une pratique de santé occidentale ?

Justine Magniez - Le Mans Université

Références : 

Silvia Ceccomori, « Cent ans de Yoga en France », EDIDIT, Paris, 2001.

Bernard Sergent, « Le yoga ; origine et histoire ».

Pour citer cet article : Justine Magniez, "Yoga", dans Hervé Guillemain (dir.), DicoPolHiS, Le Mans Université, 2020.

Partagez :