Logo DicoPolHiS
DicoPolHiSDictionnaire Politique d'Histoire de la Santé

Boxe

L’évolution de la boxe peut se lire au croisement de l’histoire du sport, de la santé et de la politiqueL'Auto du 5 Juillet 1910L’évolution de la boxe peut se lire au croisement de l’histoire du sport, de la santé et de la politique.

Il y a plusieurs manières de faire l’histoire de la boxe. Relater les combats ou faire la biographie des pugilistes par exemple. Mais l’histoire de ce sport comporte également de nombreux enjeux politiques. En premier lieu parce qu’il fait partie des pratiques qui contribuent à civiliser les corps : il n’est plus question de rixes, le plus souvent dans la rue ou dans les salons privés, mais bien de noble art. La réglementation, la préparation physique pour la guerre, mais aussi la question de la mort sur le ring font passer la boxe d’une pratique coutumière et collective, à un sport où se posent des problématiques nouvelles.

Parmi les règles proposées au XIXe siècle, les plus célèbres sont celles du marquis de Queensberry (1865). Désormais, les gants dont le poids est défini sont obligatoires. Afin que s'affrontent uniquement des boxeurs de taille et de corpulence identiques sont établies des catégories de poids pour les compétiteurs. Il s’agit également de mesurer le temps du combat avec l’instauration de rounds de trois minutes qui rythment encore les combats aujourd’hui. Quant au ring, qui était auparavant formé par le groupe de spectateurs, celui-ci est désormais entouré de cordes tendues afin de marquer clairement l’espace de combat. C’est donc tout un processus de réglementation conforme à l’esprit du XIXe siècle qui permet de faire basculer ces pratiques vers le monde civilisé du sport de combat.

Toutefois, il faut attendre le début du XXe siècle pour voir les fédérations centraliser, coordonner et réglementer ce sport au niveau national. A Londres, est créé le National Sporting Club en 1891, qui régit les comportements à adopter pendant les rounds. En France la Fédération Française de Boxe naît en 1903. Les réglementations dans l'espace public sont quant à elles sous la responsabilité des préfets de police. Car la question de la mort au combat reste un problème pour ces institutions, ce dont témoigne un événement tragique relaté dans la presse. Sur le ring de l'Elysée-Montmartre, le 9 Mars 1912, s’affrontent le jeune Raphaël Belli et l’anglais Arthur Evernden. Le journal Le Temps raconte que, après un combat très dur entre les deux boxeurs, l’anglais porte un coup non autorisé au jeune Belli qui, le lendemain du combat, décède à l'hôpital de Lariboisière. Selon André Rauch c’est la première fois en France que survient un tel acte mortel dans un combat de boxe. C’est pourquoi le préfet de police notifie alors aux organisateurs l’interdiction de nouvelles rencontres publiques jusqu'à nouvel ordre. L'influence des préfets et des fédérations reste toutefois relative. En outre, tous les combats ne sont pas légalement organisés par les institutions. Comme le rappelait Le Temps à propos du combat cité ci-dessus : « A ce sujet, il importe de faire remarquer que la soirée d’hier n’était pas organisée sous les règlements de la Fédération Française des Sociétés de Boxe.»

Ces rencontres sportives se déroulent dans un climat de plus en plus tendu en Europe. Les nations se préparent à la guerre de plusieurs manières, y compris en faisant appel aux activités physiques et sportives. On constate ainsi dans le journal L'Auto daté du 5 Juillet 1910 que, sur décision ministérielle du 24 juin 1910, la Fédération Française des Sociétés de Boxe est agréée par le ministère de la Guerre comme fédération de préparation et de perfectionnement militaire. Cela ne doit pas surprendre car, depuis le XIXe siècle, la gymnastique se confond avec l’exercice militaire. Sport et éducation militaire sont étroitement liés par cette volonté de civiliser les corps, même si le but diffère. André Rauch parle à ce propos de “domestication de la violence”. La boxe, perçue comme un sport de combat utile à l'entraînement militaire, est devenue un objet politique au service de la guerre.

Le processus de civilisation des corps par la boxe est donc passé d’abord par l'institutionnalisation des combats traditionnels, par la réglementation des combats, puis par l’action normative des fédérations avant que l’armée ne se l’approprie lorsque le contexte s’y est montré favorable.

Bastien GOUPIL - Le Mans Université

Références:

André Rauch, Boxe, violence du XXe siècle, Aubier Histoire, 1992.

Loïc Wacquant, Corps et âme : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille, Agone/Comeau et Nadeau, 2002.

Pour citer cet article : Bastien GOUPIL, "Boxe", dans Hervé Guillemain (dir.), DicoPolHiS, Le Mans Université, 2020.

 

Partagez :